Principal femme réconcilieLes femmes qui sont à La Havane pensent-elles comme des femmes?

Les femmes qui sont à La Havane pensent-elles comme des femmes?

femme réconcilie : Les femmes qui sont à La Havane pensent-elles comme des femmes?

Secrets De Femmes Sur La Vidéo: Kiev- capitale des plus belles femmes au monde (Mars 2019).

On a beaucoup parlé du rôle de la femme dans le processus de paix en Colombie. Carmen Magallón, directrice de LIMPAL Espagne, souligne la nécessité de voir si les femmes sont bien représentées à La Havane.

Par Julia Alegre
Carmen Magallón est peut-être inconnue de nombreuses personnes, mais elle compte parmi les plus grandes spécialistes de l'étude de la contribution des femmes à la science et à l'histoire de l'humanité.
Docteur en sciences physiques, l'espagnol est également un fervent militant en faveur des droits des femmes et de son impact sur les processus de paix et la résolution des conflits par des moyens non violents. Elle est directrice de la Fondation du séminaire de recherche sur la paix (SIP) et présidente de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (LIMPAL) en Espagne, l'une des organisations féministes les plus anciennes au monde .

Il lui a parlé pour connaître sa vision de la réalité des femmes en Colombie, de leur travail dans la consolidation de la paix et de la manière dont elles peuvent influer sur les politiques publiques.

Pourquoi est-il si difficile d'inclure les femmes dans les tables de négociation des conflits?
Cela coûte parce que l'on pense que les acteurs concernés sont ceux qui se sont battus et qu'ils sont généralement dirigés par des hommes. C'est une inertie. Les femmes apportent de nouveaux sujets aux tables . Étant donné que nombre d'entre eux sont plus proches de la vie quotidienne et de leur durabilité, ils s'inquiètent de savoir comment l'éducation des enfants sera, s'il y aura des améliorations dans la vie, la distribution des terres, l'accès à la santé d'une manière digne ...

C'est tout ce qui concerne la vie quotidienne.
Cela a à voir avec le processus de paix, car la paix doit être durable et il doit y avoir des conditions de vie pour ceux qui se réinsèrent. Tout ce que les femmes apportent d'habitude aux tables, à part réclamer la vérité, la justice et la réparation. Lire l'article 'Quelle est la politique des femmes? La politique des femmes est tout "

Quelle est cette logique de durabilité des femmes dont vous parlez?
C’est celui qui donne la priorité à l’intérêt matériel, comme par exemple délimiter les frontières ou une ressource minérale, la vie de la société, des nouvelles générations.
C'est invisible et c'est un manque de connaissance. C'est comme vivre dans deux mondes. Quelqu'un qui vit immergé dans une manière de penser échappe à la compréhension d'un autre qui vit dans une autre façon de penser. C’est le défi, casser ce paradigme. Vous devez interpeller les autres. Il ne suffit pas que nous soyons organisés, mais nous devons secouer symboliquement l’autre partie pour la faire réfléchir.

Photo: LIMPAL Espagne

Vous défendez l'organisation de tables parallèles par la société civile qui se développent en parallèle avec le fonctionnaire, quelle est la valeur ajoutée de celles-ci?
La société mondiale établit généralement des conférences parallèles lorsqu'il y a des sommets de chefs d'État pour pouvoir débattre des mêmes sujets, mais à partir de la liberté qu'elle laisse à se situer dans d'autres coordonnées de la pensée et de la réalité. De là émergent de nouvelles propositions parfois difficiles à réaliser si vous êtes à la table avec ceux qui représentent les modes de pensée les plus établis; Il est plus difficile d'interagir.
Ou ceux qui sont dans ces tables de négociation, la chose intéressante est qu'ils prennent les propositions élaborées lors de conférences parallèles. Une chose ne contredit pas une autre. ("L'après-conflit doit avoir le visage d'une femme")

Comment va la Colombie à cet égard?
Je ne connais pas très bien les liens qui unissent les femmes présentes aux tables avec les mouvements de femmes à la base. Telle serait la question à se poser: quelle relation ces femmes entretiennent-elles avec les mouvements de femmes? Quelles sont les approches proposées? Sont-ils juste le corps d'une femme pensant comme un homme de plus?
Je pense qu'il est important de se demander si les accords doivent être approuvés et si les organisations de femmes devraient avoir un impact sur la table et sur la société. Nous devons faire un travail dans la société civile pour que l'opinion publique soutienne les accords conclus à la table de la Havane.

Photo: Maison des femmes

Vous avez évoqué le fait qu’en Colombie les organisations de femmes se multiplient, comment rendre visible leur travail en faveur de la paix et de la construction d’un pays?
La clé est l'unité. Ils doivent adhérer, ce qui ne signifie pas qu'ils forment une seule organisation, mais unissent leurs efforts. Le Sommet national des femmes a été une étape très importante, mais pour être plus présent, il ne doit pas nécessairement s'agir d'un événement ponctuel. Le syndicat doit être constant et persistant, car dans d’autres pays, c’est ce que l’on a vu fonctionner, c’est ce qui réussit à influencer . N'oublions pas que les gouvernements dépendent du vote de la population, qui est également façonné par les mouvements sociaux. Lee "Les organisations sociales exposent les violences sexuelles colombiennes devant le CPI"
Ces femmes doivent comprendre qu’elles sont un mouvement et non une ONG. Les ONG, avec tout le respect que je vous dois, travaillent avec des projets. Ce que nous recherchons, c’est un mouvement de femmes très diverses, capable de formuler des propositions communes et d’influencer les politiques publiques.
Pour parvenir à la paix, tout vaut-il la peine?
Il est vrai que le temps de la paix et celui des droits de l’homme ne vont pas de pair. Parfois, pour parvenir à la paix, il faut une période pendant laquelle les droits de l’homme sont en retrait, mais ceux-ci doivent être respectés.
On ne peut pas non plus imposer de limites à la générosité humaine, car la générosité est un baume . Quand quelqu'un est capable d'avoir la générosité d'oublier, de pardonner, cela ne peut pas être formulé comme un manquement aux droits. C'est peut-être un signe de grandeur.

photo: maison de la femme
Qu'est-ce que la réconciliation pour vous?
C'est le respect de la différence, la diversité et la possibilité de coexister entre des personnes différentes. C’est la mise en place d’institutions permettant de résoudre les conflits par le biais de lois et de méthodes ne faisant pas appel à la violence. La réconciliation a de nombreuses dérivations et ne doit pas nécessairement exiger que nous soyons tous amis.

Existe-t-il une hypervisibilité des femmes en tant que victimes en Colombie?
L'étiquette ne peut pas rester là, nous ne pouvons pas partir de cette prémisse.
Nous n'avons pas accès à la politique et rien de ce qui nous manque. Nous ne pouvons pas nous placer dans une demande constante comme s’ils manquaient de quelque chose. Ce n'est pas cette attitude. Le pouvoir n'a pas quelque chose qui me manque. Je peux offrir au pouvoir une autre façon de hiérarchiser les priorités, une autre façon de penser, une autre rationalité. Bien sûr, je réclame des ressources, des réparations, mais je peux vous en offrir beaucoup. Mais sans me placer sous le paradigme de la victime.
Beaucoup de femmes qui ont été victimisées ne veulent pas rester dans ce rôle de victimes. C'est une étiquette qui parfois vous paralyse. Il est très établi dans le discours international et les médias disent que nous sommes un groupe vulnérable. Vulnérables, nous sommes tous hommes et femmes. La vulnérabilité est une condition humaine. Et assumer la vulnérabilité a la capacité d'élaborer d'immenses nouvelles politiques, telles que l'établissement de politiques de coopération et non l'humiliation de l'autre. ("Pour la femme colombienne non seulement il faut le nommer quand il est victime")

Photo: La Maison des Femmes
Votre travail académique a été basé sur l'étude et la diffusion des contributions des femmes à la science. Pensez-vous que le monde tel que nous le connaissons aujourd'hui serait différent si l'histoire de l'humanité avait été transmise, y compris les réalisations d'hommes et de femmes ?
Si une histoire est transmise où les protagonistes sont la moitié de l'humanité, les manières de voir le monde qui sont transmises sont celles qui ont été transmises, et d'autres qui ont toujours existé sont invisibles.
Les femmes scientifiques ont toujours été. Il est invisible que les femmes chimiques aient contribué à des problèmes non résolus par les hommes, tels que l'analyse de l'eau. Les contributions sont nombreuses, mais nous devons surtout comprendre que ce sont des problèmes qui complètent la science, complètent le monde. Par conséquent, une science qui ne contient pas les contributions des femmes est biaisée .

Catégorie:
Laetitia Casta En extase!
Confirmé! Claudia López est la candidate à la présidence du parti de l'Alliance verte